Deprecated: mysql_pconnect(): The mysql extension is deprecated and will be removed in the future: use mysqli or PDO instead in /home/mhmcca/public_html/mhmchumanrights.ca/fr/Connections/hrdata.php on line 9
::: Centre commémoratif de l'Holocauste à Montréal − Agir pour les droits humains :::
 
ÉNONCÉ DE MISSION
PORTRAITS DES JUSTES PARMI LES NATIONS
 
 
Portraits des Justes parmi les nations
Une ├ęcole catholique ouvre ses portes

Lucien Bunel, ou, comme tout le monde l’appelait, « Père Jacques », était prêtre carmélite et directeur d’un pensionnat catholique pour garçons à Avon, en France.

Durant l’occupation nazie, le père Jacques prit la courageuse décision d’ouvrir les portes de son établissement. Trois jeunes Juifs furent admis sans frais au pensionnat, où ils vécurent et étudièrent sous de faux noms. Alors que les garçons avaient d’abord été envoyés par une mission clandestine de sauvetage vivre dans une maison située en face de l’école et s’y inscrire comme externes, le père Jacques insista pour qu’ils soient hébergés à l’école même, pour plus de sécurité.

En 1944, à la suite d'une dénonciation, la Gestapo envahit l’école et arrêta les trois jeunes Juifs et le père Jacques. Les garçons furent déportés à Auschwitz et tués. Le père Jacques fut incarcéré à Mauthausen et, bien qu’il survécut jusqu’à la libération, il décéda quelques jours plus tard.

On a relaté à Yad Vashem que peu de temps avant son arrestation, le père Jacques a dit : « On m’accuse parfois d’imprudence; on me dit qu’étant responsable des enfants du Petit Collège, je n’ai pas le droit de m’exposer à une éventuelle arrestation par les Allemands. Mais ne pensez-vous pas que si cela se produisait et que si par hasard j’étais fusillé, je léguerais ainsi à mes élèves un exemple qui vaudrait pour eux plus que tous les enseignements que je pourrais leur donner? »




Plus de d├ętails sur yadvashem.org (en anglais)